lundi 7 août 2017

10 astuces pour manger sain et pas cher aux Etats-Unis


Comment manger sain aux Etats-Unis sans y laisser un rein ? C'est la question que l'on se pose en voyant le ticket de caisse de son premier passage en caisse : 2,99$ c'est le prix d'une livre de pommes, pas d'un kilo. Ce premier passage au supermarché est aussi l'occasion de découvrir que les produits industriels sont plus faciles à trouver que les fruits et légumes, que les barres chocolatées en caisse sont encore en promo, les rayons de chips et de sodas remplis de tentations et la bouteille de cocoa moins chère que celle d'eau. Passée cependant la période de choc initial, il s'agit de développer des stratégies pour manger des sains sans y laisser sa chemise. Voici 10 astuces que j'ai développées au cours des 15 dernières années pour manger sain aux US sans y laisser sa chemise.

Manger sain, ça veut dire quoi ?


Pour commencer, mettons-nous d'accord sur la signification de l'expression "manger sain". Une alimentation saine, c'est pour moi une alimentation qui privilégie les aliments naturels et non raffinés, tels que les fruits, les légumes, les céréales, légumineuses, les produits laitiers sans sucres ajoutés, la viande et le poisson. Je privilégie en ce qui me concerne les produits issus de l'alimentation bio et garantis sans OGM (GMO en anglais) mais il appartient à chacun de déterminer sa position en la matière en fonction des informations collectées sur le sujet.

Je remarque qu'il existe beaucoup d'idées reçues (certaines fondées, d'autres non) au sujet de l'industrie agro-alimentaire américaine et, pour vraiment en comprendre les enjeux, je vous recommande la lecture du livre The Omnivore's Dilemna du journaliste Michael Pollan. C'est LE livre que je recommande à celles et ceux qui souhaitent poursuivre les réflexions commencée dans mon Guide de survie alimentaire aux Etats-Unis  et devenir des consommateurs éclairés. Vous découvrirez que le maïs transgénique se cache jusque dans vos chicken nuggets, comprendrez pourquoi les escalopes de poulet sont énormes (vous envisagerez à ce stade de devenir végétarien) et découvrirez ce qui se passe vraiment dans une ferme bio.


10 astuces pour manger sain et pas cher aux Etats-Unis 


Le prix et la variété des aliments varient énormément d'un Etat à l'autre. Beaucoup d'expats se plaignent du budget des courses, celui-ci s'élève facilement à 1000$ pour une famille de 4. Chez nous, le budget alimentaire s'élève pour une famille de 750-800$ par mois pour 4 personnes. A noter : ce chiffre exclut mes consommations de café à l'extérieur de la maison (écrire avec un latte, c'est mon petit plaisir à moi). Pour réduire mon budget alimentaire sans sacrifier la qualité de notre alimentation, voici donc mes astuces.

1. Aller au supermarché le ventre plein. 


C'est le meilleur moyen de ne pas céder à l'appel des paquets de pop-corn bio à l'huile d'olive chez Trader Joe's à grignoter dans la voiture (comment ça vous n'avez jamais fait ça ?).

La baguette bio à 1,99$, en voilà un bon plan !


2. Faire les courses toutes les deux semaines AVEC une liste !


Soyons honnêtes : chaque passage chez Trader Joe's finit invariablement par l'achat de produits dont on n'a pas besoin. Un thé à la citronnelle ? De nouveaux biscuits de Belgique ? Allez hop, dans le chariot. Faire les courses toutes les deux semaines, c'est limiter les tentations de faire des écarts. Une liste permet quant à elle de rester concentré sur les produits dont on a vraiment besoin et éviter de se rendre compte de retour à la maison qu'on a oublié les pommes de terre pour le gratin. Réduire la fréquence des courses, cela permet aussi d'économiser du temps et de l'essence.

3. Manger moins de viande 


La viande bon marché, ça n'existe pas. Parce que je refuse d'acheter de la viande à 1,99$/kilo provenant d'animaux élevés en CAFOs, on ne trouve pas beaucoup de viande rouge à notre table. Oui mais les protéines, me direz-vous ?

Regarder du côté des légumineuses. Eh oui ! Pois chiches, haricots secs et lentilles sont d'excellentes sources de protéines. Voici quelques recettes à base de légumineuses qui plaisent beaucoup à ma famille :

Une superbe soupe de petits pois relevée au citron signée
Barberet Bistro à Lancaster, Pennsylvanie

4. Cultiver un jardin

Il s'agit là d'un investissement à long terme qui vous coûtera plus d'argent qu'il ne sous en rapportera à court terme si vos projets de jardinage sont trop ambitieux (je parle ici d'expérience). Commencez par maitriser la culture d'herbes (persil, basilic, ciboulette et menthe, par exemple) avant de vous aventurer dans la culture de roquette, laitues, blettes ou encore haricots verts en été.

** Retrouvez mes conseils pour se lancer dans le jardinage en pots sur mon blog.** 


Les meilleures asperges, ce sont celles de votre jardin !


5. Etre membre d'une CSA (Community-Supported Agriculture, l'équivalent des AMAPs en France)


En échange d'un chèque en début de saison, vous recevrez un panier de légumes hebdomadaire. Etre abonné à un service de ce type, c'est résister aux tentations du farmers market (cookies, ente autres !) et éviter les passages au supermarché pour une carotte ou un oignon. Pour localiser une CSA près de chez vous, RDV sur le site LocalHarvest.org.

6. Avoir un placard bien garni


C'est le meilleur moyen de résister à la tentation des repas à emporter (vous savez, le General Tso chicken avec ses 3 fleurets de brocoli) souvent trop gras et coûteux lorsqu'il s'agit de nourrir une famille. Mon dîner sur le pouce préféré, c'est une salade de thon aux olives et céleri avec une vinaigrette au vin rouge que je peux assembler en 5 minutes.

7. Acheter les fruits et légumes de saison


Je ne vous l'apprends pas, c'est beaucoup plus cher d'acheter des fraises et des poivrons en hiver ! En été, faites le plein de légumes et préservez-les selon la méthode de votre choix (conserve, congélation etc.)
Les délicieuses tomates Sungold du marché de ma ville

8. Acheter en gros


Les magasins Sam's Club et Costco permettent à leurs membres d'acheter de nombreux produits en gros et d'effectuer ainsi des économies. Quand j'étais membre, j'achetais mon huile d'olive, les noix, la viande et les fruits surgelés bios. Pour faire des économies dans ce genre de magasin, il faut cependant être hyper discipliné pour pas se retrouver avec 1 kilo de Twix ou de crackers. Chez Whole Foods, vous bénéficierez de 10% de réduction sur l'achat de l'équivalent d'une caisse d'un produit. Je profite de cette offre pour acheter une caisse de mangues Ataulfo en mars ou de 12 cartons de chiche dont nous sommes de grands consommateurs. Les grands amateurs d'épices se tourneront vers Amazon pour leur appétit en cumin ou curry bio.


Excès de tomates transformées en sauce tomate

9. Utiliser l'intégralité d'un produit


Une carcasse de poulet dans le frigo ? Faites-en du bouillon. Des fanes de radis ? Transformez-les en soupe. Des feuilles de poireaux ? Placez-les dans un sachet hermétique et placez-les au congélateur pour les utiliser plus tard dans un bouillon.

10. Fréquenter les épiceries internationales


Un bidon d'huile d'olive de 3 litres pour 15$ ? 1 kilo de couscous pour 1$ ? Un gros sachet de curcuma pour 3$ ? 100 sachets de thé vert pour une poignée de dollars ? C'est possible quand on fréquente les épiceries moyen-orientales, indiennes ou chinoises !


Les eaux de fleur d'oranger et de rose sont deux fois moins chères chez Zahra's à
Newark dans le Delaware que chez Whole Foods !

**Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous à la newsletter du blog pour être notifié par e-mail des prochaines publications.**

Retrouvez d'autres astuces sur mon groupe Facebook, "Bons plans gourmands aux Etats-Unis".  Et vous, quelles sont vos astuces pour manger sain et pas cher aux Etats-Unis ? 

lundi 17 juillet 2017

Tournée des pâtisseries parisiennes : Philippe Conticini à la Pâtisserie des Rêves (4/5)

Vous aimez la pâtisserie ? Ca tombe bien, Séverine aussi. Elle a profité de son dernier séjour parisien pour faire la tournée des plus grandes pâtisseries. Lorsqu'elle m'a proposé de publier son compte-rendu sur mon blog, j'ai bien sûr dit oui ! Depuis février, Séverine nous entraine chez cinq pâtissiers parisiens à raison d'un pâtissier par mois. Ce quatrième billet de la série est consacré à Philippe Conticini, je vous laisse découvrir...

En juin 2016, je suis rentrée en France et, pour la première fois en 17 ans, j’ai passé plus de 24 heures à Paris, ma ville d’étudiante et de jeune adulte. Pour ce voyage, je m’étais fixé comme objectif de rendre visite à plusieurs grands pâtissiers qui me font rêver. J’avais mis trois adresses sur ma liste et j’ai fini par en visiter cinq : c’est ce que j’appelle un succès. Aujourd'hui, je vous invite à me suivre chez le pâtissier Philippe Conticini.


Crédit photo : Séverine
Philippe Conticini est le chef cuisinier et pâtissier qui a révolutionné le monde gastronomique des 20 dernières années avec Pierre Hermé. C'est à Conticini notamment que l’on doit le concept des fameuses verrines que nous avons tous essayées dans les années 90. Il utilise des produits simples et accessibles et n’est pas avare de conseils grâce à une très grande présence en ligne et ses leçons filmées disponibles sur Facebook, YouTube ou Instagram.

Dans la boutique La pâtisserie des Rêves Rue du Bac, on entre dans un univers de douceurs aux couleurs de l’enfance. Devant nous, sous cloche, un Paris-Brest, un Fraisier, un Calisson géant, des tartes, un Infiniment Vanille ou encore un Tiramisu. Après bien des hésitations encore une fois, j’ai pris une tarte aux fraises et l’Infiniment Vanille.

Paris-Brest. Crédit photo : Séverine
Pour ce dîner familial, je voulais des desserts différents et complémentaires à la fois. La tarte aux fraises était très bonne et rappelait celle de mon enfance. L’Infiniment Vanille quant à lui était tout en douceur et subtilités. Je n’aurais jamais pensé qu’un dessert avec un seul parfum puisse révéler autant de nuances dans les vanilles utilisées. Que ce soit dans le biscuit ou la crème ou même le caramel ! Chacun avait une saveur de vanille différente et toutes étaient complémentaires. Un très très bon gâteau.

Philippe Conticini est un homme fascinant, une véritable encyclopédie vivante du goût. Il a cette capacité unique de connaitre tous les goûts et de savoir quels mariages fonctionnent avant même d’avoir commencé une recette.

Infiniment Vanille. Crédit photo : Séverine
Si le pâtissier a pris il y a quelques années ses distances avec la marque La pâtisserie des Rêves, il est toujours très actif et ouvre une nouvelle boutique à Paris, Rue de Varenne à la rentrée 2017. Son nom ? Gâteaux d’émotion. Tout un programme. Vous pouvez lire son interview publiée par l’Express ici. Vous pouvez aussi le voir comme juré dans l’émission Le meilleur pâtissier : Les Professionnels » sur M6 Replay.

Tarte aux fraises. Crédit photo : Séverine.
A suivre...

Retrouvez tous les billets de la série ici

mardi 11 juillet 2017

Myrtille ou bleuet, là est la question

Limonade à la myrtille d'après mon livre, Un amour de myrtille. Crédit photo : Marguerite du compte Instagram @margotetmargaux
La saison de la myrtille arbustive (blueberry en anglais, bleuet au Canada, ah-ha !) vient de commencer, l'occasion pour moi de faire le point sur cette petite baie violette que j'aime tant. Vous êtes nombreux à me dire que la myrtille américaine n'a pas de goût mais rien n'est plus faux ! La myrtille est un fruit tantôt sucré, tantôt acidulé, en fonction de la variété dont elle est issue. Comme pour tous les fruits et légumes, il s'agit de choisir le fruit avec soin et de privilégier les circuits courts pour goûter aux plus savoureuses.

La myrtille pousse sur de petits arbustes dans les Etats qui connaissent des hivers froids ainsi qu'au Canada. En Pennsylvanie, la saison s'étend de fin-juin à mi-août. Après ça, il est préférable de l'acheter congelée. Achetez-la de préférence vos baies sur les farmers markets (le site Local Harvest vous permettra d'en localiser) ou, mieux, cueillez-les dans un verger de votre Etat : pour savoir où se trouve le point de cueillette le plus proche, RDV sur PickYourOwn.org. Dans la région de Philadelphie, je recommande les vergers Indian Orchards Farm à Media et Highland Orchards Farm à West Chester mais il y en a d'autres !

Appelez le verger pour connaitre l'état de la cueillette, sachant que les myrtilles sont plus grosses et plus savoureuses un ou deux jours après une grosse pluie. Sur place, privilégiez les fruits les plus gros et les plus foncés et essayez autant que possible de cueillir les fruits de plusieurs variétés d'arbustes pour obtenir un mélange de fruits sucrés et acidulés, notamment si vous prévoyez d'en faire une tarte. Les cueilleurs préférant souvent la cueillette des fruits à hauteur des yeux, ils négligent souvent les fruits mûrs qui se cachent sous les arbustes. Accroupissez-vous (cadeau bonus : les arbustes vous fourniront de l'ombre) et cueillez donc les fruits qui ont échappé à l'attention des gourmands précédents.


A la maison, inspectez les myrtilles et éliminez les feuilles, fruits verts et mous. Les myrtilles américaines se conservent 7 à 10 jours au réfrigérateur. Elles se congèlent également très bien : pour les préserver, rincez-les à l'eau, séchez-les avec un torchon et étalez-les sur une grande plaque de cuisson en une couche. Lorsque les myrtilles sont congelées, transférez-les dans un récipient hermétique.

Parce qu'elle est parfois très sucrée, la myrtille a besoin d'être équilibrée par l'acidité de citron ou du citron vert, le piquant du gingembre ou la chaleur de la cannelle. Faites confiance à votre palais pour équilibrer les saveurs.

Vous trouverez dans mon dernier ouvrage, Un amour de myrtille mes dix recettes préférées à base de myrtilles. Depuis hier, le livre est également disponible au format e-book au prix de 5$, profitez-en !

lundi 3 juillet 2017

Un amour de myrtille


Et bien ça y est, mon deuxième livre est sorti ! C'est un drôle de sentiment que d'amener au monde un ouvrage qu'on porte en soi depuis plusieurs années (trois, pour être exacte) et qui sort enfin cet été. C'est avec beaucoup de plaisir que je vous présente donc Un amour de myrtille, un recueil de recettes en guise d'hommage à mon Etat d'adoption, la Pennsylvanie.

Un amour de myrtille, c'est d'abord un recueil de recettes (avec les mesures en cups et en grammes, parfait donc pour les expats) autour d'un fruit, la myrtille arbustive. Autrement connu sous le nom de blueberry en anglais et bleuet au Canada, ce fruit est le symbole des longs étés de Pennsylvanie dont je suis tombée amoureuse. Chaque recette m'évoque un souvenir, celui d'une cueillette au soleil, d'un goûter en famille ou d'un festival de ma ville. De la compotée aux muffins, en passant par le buckle, vous trouverez dans cet ouvrage 10 recettes autour de ce fruit. Vous allez aimer.



Un amour de myrtille est un livre auto-publié (mais pas auto-édité, trois testeuses de recettes, dont une en France, et une correctrice sont en effet passées par là) dont j'ai choisi chaque élément avec soin. La maquette et les illustrations sont signées Marie-Charlotte Yao. Le papier qui plait tant provient d'un stock luxueux que je n'aurais pas pu offrir à mes recettes en choisissant un circuit de distribution classique. Les livres sont imprimés par Sandy et Justin, les propriétaires d'une petite imprimerie indépendante de ma ville. Le livre est entièrement auto-financé et chacune de vos commandes me permet de continuer de soutenir de toutes les personnes impliquées dans la création de cet ouvrage.


Un amour de myrtille est exclusivement en vente sur le web via la plateforme Gumroad. C'est moi qui traite les commandes et j'ai à coeur de soigner chacun des envois. Chaque ouvrage est ainsi glissé dans une enveloppe rouge affranchie d'un joli timbre (plusieurs si l'envoi part en-dehors des USA) et accompagné d'une note personnalisée. A ce sujet, vous êtes nombreux à l'offrir en cadeau et je vous en remercie ! N'hésitez pas à me contacter par e-mail à estelle.tracy[at]gmail.com pour toute demande de personnalisation particulière.

Le prix de l'ouvrage est de 8$ + 2$ de frais de port aux USA et 3$ vers l'Europe. Profitez de 10% de réduction jusqu'au 31 juillet 2017 en saisissant le code "bleu" au moment de passer commande. EDIT : à la demande de plusieurs lecteurs, le recueil est également disponible au format PDF au prix de 5$.


Merci à vous tous de me soutenir depuis ma petite ville de Pennsylvanie, merci d'être sensible à chaque détail du recueil, merci d'en parler autour de vous, merci de l'offrir, merci de renouer avec l'art d'écrire et recevoir des lettres.

L'avis des lecteurs !


"Ce recueil de 10 recettes, véritable ode à la myrtille qu’elle affectionne, est le symbole de tout ce qu’elle est. Du choix du papier, aux jolis dessins de Marie Charlotte, en passant par les ingrédients en grammes et en cups américaines, chaque détail a été pensé pour faire de ce livre un véritable objet précieux à garder avec soin dans sa bibliothèque." - Nelly, La Dinette de Nelly

Crédit photo : Héloïse du blog Les Colins à Miami

"L'envoi, le thème, les illustrations, les recettes... j'adore!!!! J'ai plus qu'à m'acheter un blender parce que cette recette de limonade est en train de devenir une obsession!! (Je suis accro à la limonade...)" - Héloïse du blog Les Colins à Miami
"Je le redis, ce blueberry buckle est un vrai délice !" - Carine, du blog My Little Parenthèses
Carine, du blog My Little Parenthèses
"Je possède de nombreux livres et recueils de recettes (...) mais lire et déguster chaque mot comme je l'ai fait pour Un amour de myrtille, cela ne m'était encore jamais arrivé. Estelle Tracy a le don et le talent de vous embarquer dans son récit, tout comme elle le fait sur son blog Le hamburger et le croissant mêlant anecdotes croustillantes, conseils gourmands et instructions alléchantes !" - Anne, consultante Thermomix en Californie
Pour finir, je ne me lasse pas du sourire d'Otir du blog One Day at A Time lorsqu'elle découvre le livre !




Partagez vous aussi vos réalisations sur Instagram en utilisant le hashtag #unamourdemyrtille. 

mercredi 7 juin 2017

Dans les coulisses de mon nouveau livre (sortie prévue le 12 juin !)

Oui, vous avez bien lu, mon deuxième livre sort lundi ! Les abonnés à ma newletter en connaissent déjà le titre, les autres l'ont peut-être découvert sur mon compte Instagram. Aujourd'hui, je peux vous le dire ici : mon nouveau livre s'appelle Un amour de myrtille, c'est un receuil de 10 recettes inspirées par mon Etat d'adoption, la Pennsylvanie. Sans trop en dévoiler, je l'ai imaginé comme une lettre d'amour et, pour m'aider à concrétiser ma vision, j'ai fait appel à une graphiste de choc, Marie-Charlotte Yao, pour réaliser la maquette et les illustrations. J'ai pris BEAUCOUP de plaisir à travailler avec elle et je vous laisse ici découvrir les coulisses de la création de son travail. Merci à Marie-Charlotte pour ce récit en images.








Pour découvrir la table des matières et pré-commander le livre, c'est par ici. L'ouvrage est en cours d'impression et sera expédié par mes soins partout dans le monde dès lundi. J'ai hâte de vous le faire découvrir !